Louis, 13 ans, est là avec sa mère. Elle est très inquiète. Louis est très impulsif, sans conscience du danger, il adopte des conduites à risques et a déjà fugué. En famille, c’est infernal. Louis ne supporte pas les limites, monopolise la parole, s’oppose systématiquement. En classe, élève brillant, il est la bête noire et le souffre-douleurs de ses camarades.

Le psychiatre qui suit le jeune garçon a évoqué le trouble de l’opposition avec provocation. Louis est également un enfant à hauts potentiels. Sa mère souhaite essayer le Neurofeedback, car personne ne veut de médication.

Deux séances par semaine, pendant trois mois. Louis va beaucoup mieux. Son comportement s’est apaisé. En famille, à l’école, le niveau des interactions a retrouvé un cours normal. L’énergie que Louis dépensait à s’opposer frontalement à son environnement a trouvé une expression positive. Enthousiaste et créatif, il a plein de projets. Sa mère peut enfin imaginer l’avenir de son fils sans inquiétude.

Je revois Louis, maintenant adulte, une ou deux fois par an. Il sait ce qu’il doit au Neurofeedback et vient de lui-même refaire le plein d’énergie positive, quand il en a l’occasion.

 

Louis, 13 ans – Trouble de l’opposition avec provocation & THQI

Les associations d’enfants & d’adultes porteurs de handicaps proposent le Neurofeedback dynamique parmi les thérapeutiques performantes pour leur venir en aide, réduire leurs difficultés, améliorer leur vie. En effet, de nombreuses familles d’enfants IMC (infirme moteur cérébral), lésés cérébraux, polyhandicapés, autistes,  constatent, après quelques séances de Neurofeedback dynamique, de formidables changements.

Institut DEVENIR : DEVeloppement Eveil Neurologique : Accompagnement des enfants & des adultes atteints de troubles neurologiques, handicaps, retards de développement. Formation des parents à des programmes axés sur le développement moteur, intellectuel & physiologique, afin qu’ils puissent aider leurs enfants à la maison.

Association Dominique : Recherche de solutions pour offrir une meilleure qualité de vie aux enfants porteurs de handicap.

Association Pas à pas : Partage autour de l’autisme, afin de mieux faire connaître les solutions disponibles pour aider les enfants & leurs familles.

Un Sourire pour l’espoir : Accompagnement des enfants & adultes victimes de lésions cérébrales (IMC, IMOC, AVC, maladie de Little, handicaps moteurs & polyhandicaps) & recherche de solutions innovantes.

Pas à pas avec Laillya : Chaîne de solidarité pour venir en aide à Laillya atteinte d’une maladie rare non étiquetée.

Un max pour eux : Rééducation des enfants à séquelles neurologiques & recherche de la cause de l’hématome sous-dural.

Les Enfants de la Chance : Recherche pour les enfants, adolescents & adultes en situation de handicaps psychiques & cognitifs, mais également pour leurs parents & les professionnels qui les entourent, de supports favorisant l’autonomie, pour une meilleure inclusion sociale & professionnelle des personnes en situation de handicap.

Les mots en couleur vous conduisent sur les pages des sites internet.

 

Associations de malades

Mickaël – Sommeil, stress & confiance en soi

Cédric – Sommeil, équilibre & performance

Pascale – Dépression & sevrage antidépresseurs

Psychiatres, psychologues, médecins du sport et autres professionnels de santé, convaincus des bienfaits du Neurofeedback dynamique, le proposent aujourd’hui à leur patientèle.

Voici quelques témoignages :

Dr Jean-Pierre Ledru, Psychiatre, consultant auprès de l’association Asperger Aide France,  Paris
« Avec le Neurofeedback, j’ai constaté des résultats dans un certain nombre de cas : 
irritabilité, troubles du sommeil, hyperactivité, déficit de l’attention, anxiété, dépression, maux de tête, …
 Résultats que je n’avais pas obtenus pour ces personnes avec des méthodes psychothérapeutiques ou médicamenteuses. 
Cette méthode de régulation cérébrale est en mesure d’apporter tant de bienfaits à tant de personnes qu’il est urgent de la faire connaître. »

.
D’autres témoignages : Neurofeedback dynamique Lyon & ADNF

 

Professionnels de santé

Mon fils, âgé de douze ans, est menacé de redoubler sa sixième. Introverti, il parait au-dessous de ses capacités depuis longtemps. Un vrai cas de souffrance scolaire : anxieux, il peine à s’endormir, se lève avec un nœud au ventre, les jours d’école.  Asthmatique, il a été dispensé de cours de natation. Je perçois une vraie détresse chez lui. Des craintes multiples, une vision un peu trop grave de la vie, des difficultés à se lier, à explorer et à s’investir, dans les jeux comme dans les apprentissages scolaires… Il mémorise difficilement et perd ses moyens au moment de la restitution. Les professeurs sont persuadés qu’il ne fournit pas assez d’efforts.

Au fil des séances (2 par semaine), j’observe des changements positifs. Il est nettement moins anxieux. Le soir, il s’endort facilement. Le matin, je le vois partir au collège en sifflant. Il rit beaucoup plus, devient plus entreprenant, participe davantage en classe. Contrairement aux années passées, il entame ses devoirs de lui-même, les réussit facilement : « Papa, j’ai l’impression que je comprends mieux qu’avant ! » me lance-t-il. Pour la première fois, les bonnes notes s’accumulent. Mon fils obtient les félicitations des professeurs.

b_1_q_0_p_0

Côte santé, je constate également des améliorations. Mon fils présente un profil asthmatique. Alors qu’habituellement l’automne se traduit par une diminution de sa capacité respiratoire, celle-ci augmente au contraire substantiellement à partir d’octobre. Il peut enfin participer aux cours de natation de l’école et nager sur plusieurs longueurs. Sa mère et moi avons l’impression de vivre un conte de fée.

Emmanuel Duquoc

Source & témoignage complet : Emmanuel Duquoc, Se soigner en regardant des films !, Alternatif bien être, mars 2015, N° 102, p 23-27

Emmanuel Duquoc : journaliste, écrivain & expérimentateur de l’extrême. Sa spécialité consiste à tester lui-même de nouvelles pratiques thérapeutiques & de bien-être. Méthodes fiables ou supercheries, grâce à lui, vous saurez à quoi vous en tenir.

Noé, 12 ans – Souffrance scolaire & asthme

Hélène au sujet de son fils de 5 ans, Jules, autiste, porteur de la maladie de Lyme.

 

Hélène & Jules, 5 ans

J’ai débuté le neurofeedback sans savoir vraiment à quoi m’attendre.
Après quatre séances, je me suis rendu compte que je dormais beaucoup mieux, je m’endormais plus facilement et ne me réveillais plus pendant la nuit.
Avant le neurofeedback, j’avais très souvent des crampes nocturnes, elles ont disparu. J’étais très sensible à la chaleur, maintenant j’y suis nettement plus tolérant. J’avais des fringales et je mangeais beaucoup de sucre, je n’ai du tout cette envie de sucre et ces fringales.
J’arrive aussi beaucoup plus facilement à rester calme et je suis moins impulsif et irascible. Ma capacité de concentration s’est nettement améliorée. J’aimerais pouvoir faire des séances avant mes examens, je sais que cela me serait utile.

Raphaël, 15 ans – Sommeil, concentration & fringales

J’ai essayé le Neurofeedback par curiosité, sur moi-même, parce qu’on me le recommandait pour mon enfant et que je n’imaginais pas ne pas tester avant lui.

bien-dormirLe Neurofeedback a nettement amélioré la qualité de mon sommeil. J’étais insomniaque depuis l’adolescence et je suis toujours sujette aux insomnies dans les périodes difficiles. Le reste du temps, je sais que lorsque je vais me coucher, je vais dormir, ce qui n’était plus le cas depuis très longtemps.

Le Neurofeedback m’a donné confiance en moi, en mes capacités, m’a permis de sortir de ma réserve et de me lancer des défis inimaginables avant. Il m’a apporté une clarté d’esprit qui me permet d’envisager les situations avec davantage de recul et de sérénité.

Pour moi, il y a un avant et un après Neurofeedback.

Noëlle, 50 ans – Sommeil & confiance en soi